Aménagement d’un bureau d’infographistes

Sujets

Laurence Cesbron
le 10 novembre 2009 à 09:52

Aménagement d’un bureau d’infographistes

Je dois faire une consultation pour l’aménagement d’un bureau d’infographistes. Ergonomie et la sécurité (notamment électrique) sont les exigences de base au projet. Toutefois nous souhaiterions introduire des critères éco-durables. A part la proposition de mobilier conforme à la motion de la ville sur l’utilisation de bois tropicaux, et références normées, avez-vous des éléments sur l’expression du besoin en matière électrique.

Merci de votre réponse.

Direction des Finances

Achat Public

Béatrice PERRIN-MOIZO


Laurence Cesbron
le 10 novembre 2009 à 09:58

Aménagement d’un bureau d’infographistes

Réponse de la Ville de Nantes :

Suite à votre mail adressé au RGO, concernant votre consultation pour l’aménagement d’un bureau d’infographistes, la Ville de Nantes a fait un appel d’offres "Mobilier" en décembre 2008 dans lequel elle a valorisé les mobiliers eco-responsables.

Vous pouvez prendre contact avec le RGO ou avec Pierre-Yves PETITGAS

Direction Générale des Finances

Direction de la Commande Publique

Service Achats

Tel 02 40 41 63 31

Fax 02 40 41 55 77


Aurélie MARTIN
le 10 novembre 2009 à 10:16

Aménagement d’un bureau d’infographistes

Bonjour,

Voici qq éléments qui concernent l’outil informatique :

- calcul de la consommation énergétique de son parc informatique

Moins précis qu’un bilan carbone mais aussi moins lourds à mettre en œuvre, ces outils permettent plus rapidement de calculer la consommation énergétique de son parc informatique ; ils ne concernent que le volet « infrastructure » du projet.

www.eu-energystar.org/fr/fr_008b.shtml

- réduction de la consommation électrique

En matière d’économie d’énergie, lelabel américain Energy Star stipule qu’un ordinateur ne doit pas consommer plus de 50 Watt lorsqu’il est allumé et pas plus de 4 Watt en veille. D’après une étude menée par Enertech, une unité centrale fonctionne en moyenne 4004 heures par an soit 17,8 heures par jour ouvré, et un écran 2510 heures par an, soit 11,2 heures par jour ouvré. Les mesures d’Enertech montrent que l’ordinateur n’est effectivement utilisé que 686 heures par an, soit trois heures par jour ouvré. D’après ces chiffres, un ordinateur est allumé les trois quarts du temps inutilement. On voit donc tout le bénéfice à retirer du paramétrage des mises en veille.

La virtualisation des serveurs permet de partager un même serveur entre plusieurs applications, systèmes d’exploitations ou utilisateurs. Elle permet également le transfert d’applications d’un serveur à l’autre. Les logiciels de virtualisation visent à optimiser les ressources des serveurs, ce qui permet d’en réduire le nombre. Les outils de virtualisation servent à faire fonctionner ce qu’on appelle communément des serveurs privés virtuels (« Virtual Private Servers » ou VPS) ou encore environnements virtuels (« Virtual Environments » ou VE).

La fourniture d’applications et de services en ligne hébergés (dite software as a service (SaaS)) permet d’optimiser et de réduire de la consommation d’énergie. Le recours à un service hébergé permet par exemple de limiter le nombre de serveurs et d’utiliser des terminaux légers consommant 40 fois moins d’énergie électrique qu’une unité centrale traditionnelle.

L’utilisation de centres de données mutualisés (datacenter) permet de mutualiser les coûts d’exploitation - comme l’alimentation électrique ou la climatisation - mais également de location.

En savoir plus : http://www.thegreengrid.org

Enfin, le stockage intelligent des données (dont le volume augmente de près de 60% par an)permet d’économiser de 30 à 40% des besoins en espace et énergie.

www.greendataproject.org

- prolongement de la durée de vie du matériel et gestion de la fin de vie

Sachant que réutiliser un ordinateur amélioré économise 5 à 20 fois plus d’énergie que le recyclage et que l’achat de mémoire vive additionnelle ou d’un second disque dur soit quelques dizaines d’euros suffisent à remettre un ordinateur à niveau, les responsables sont encouragés à confier leurs équipements déclassés à des associations qui les redistribuent à des publics demandeurs. Ils peuvent faire le choix d’équiper en postes reconditionnés leurs utilisateurs qui font un usage peut intensif du matériel.

Si les ordinateurs ne sont pas réutilisables, il faut envisager de les recycler en étant vigilant sur la destination des déchets recyclés (directive DEEE).

Annuaire de prestataires dans le traitement des DEEE :

http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?id=45342&p1=1&ref=12441

- certification environnementale

Etre certifiée, pour une entreprise, cela signifie gérer ses contraintes réglementaires, offrir une reconnaissance à ses clients, donneurs d’ordres et une référence pour les réponses à appels d’offres, différencier l’entreprise sur ses marchés et augmenter sa compétitivité, et faire des économies. L’étude d’entreprises certifiées à permis d’observer en moyenne :

· Une baisse des consommations d’eau et d’énergie de 10 à 15 %

· Une réduction dans l’utilisation de matières premières de l’ordre de 5 à 25 %

· Un recyclage ou une valorisation des déchets améliorée de 20 à 30 %

· Une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 20 à 80 % (CO2, SO2, NOx, COV)

Les certifications environnementales d’entreprises sont liées soit au fonctionnement du site, soit au produit.

Approche produit

Les écolabels officiels sont le seul type d’étiquetage qui garantit aux consommateurs à la fois l’efficacité des produits et la limitation de leurs impacts environnementaux (eau, air, déchets, énergie…). Leurs exigences sont fixées après une étude du cycle de vie des produits : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation et fin de vie (élimination ou recyclage). Pour qu’un produit soit écolabellisé, il faut qu’il soit conforme à tous les critères établis pour sa catégorie. Les écolabels sont attribués aux industriels qui souhaitent les obtenir, après instruction de dossier, audit et contrôle par des organismes tiers impartiaux.

Deux écolabels officiels sont délivrés en France : la Marque NF Environnement et l’Ecolabel européen.

Approche site

La certification ISO 14001 comme l’éco-audit (EMAS en anglais ou SMEA- Système de Management Environnemental et d’Audit) ont pour but d’encourager les entreprises et collectivités de toute taille et de tout secteur d’activité à s’engager dans une démarche volontaire d’amélioration continue de leur performance environnementale. Le second, reconnu au niveau européen, est légèrement plus contraignant : il passe par la diffusion d’une déclaration environnementale, qui présente les impacts de l’entreprise ou la collectivité sur l’environnement et les actions planifiées pour les prévenir. Depuis 2001, l’EMAS 2 est délivré pour trois ans avec obligation annuelle d’actualiser sa déclaration environnementale.

- réalisation d’un bilan carbone numérique

Le bilan carbone est un outil de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre développée par l’ADEME. Son objet est de permettre, à partir de données facilement disponibles, une évaluation des émissions directes ou induites par une activité professionnelle, économique ou non. Le bilan carbone est donc un outil permettant de tenir une « comptabilité carbone » d’un projet numérique ou d’une infrastructure informatique.

www.ademe.fr/bilan-carbone/

- choisir des équipements labellisés

Une grande partie des appareils restent très peu écologiques. Ils sont gourmands en énergie, produisent de la chaleur, s’accompagnent d’emballages encombrants et emploient des produits toxiques délicats à recycler. Le recours à des matériels moins polluants se traduit souvent par des économies d’énergie, et par conséquent, une facture électrique moins lourde. De nombreux écolabels ont été créés afin d’apporter des garanties aux consommateurs en matière de qualité écologique des produits ou des services. Demandé volontairement par les fabricants, certains répondent parfois aussi aux contraintes réglementaires européennes ou françaises. Si certains de ces labels se focalisent sur les économies d’énergie, d’autres, comme Blue Angel et Epeat couvrent l’ensemble du cycle de vie d’un matériel informatique, de sa conception à son recyclage.

Présentation des éco-labels : http://www.greenit.fr/article/outils/les-eco-labels

http://www.ecolabels.fr/fr/

Catologue de produits labellisés : http://www.eco-label.com/french/


Christine LEPAGE
le 11 janvier 2010 à 10:17

Aménagement d’un bureau d’infographistes

En réponse à la demande de Mme Béatrice PERRIN-MOIZO, Direction des Finances, Ville d’Auray, voici une réponse de M. DELPLANQUE de la ville de Niort.

Vous pouvez vous adresser au RGO pour obtenir les documents cités ci-dessous :

- CCTP mobilier de bureau corrigée

- ANNEXE

- CCAP accord

cadre FCS-15 AVRIL 2008

- AE-MAPA accord cadre - 15 AVRIL 2008

- RC MAPA accord cadre- 15 AVRIL 2008

De : DELPLANQUE Laurent <Laurent.DELPLANQUE@mairie-niort.fr>

Vous trouverez un DCE de

notre consultation Ville de Niort. Il s’agit d’un accord-cadre

Multi-attributaire.

je reste à votre disposition pour de plus amples informations

salutations respectueuses

Laurent DELPLANQUE

DLMG service achat, ville de Niort

Réseau Grand Ouest - 22 rue Béclard - CS 30003 49055 Angers Cedex 02 - Tél : 02 41 68 70 72 - Fax : 02 41 68 70 69

Mention | Espace privé | Plan du site